Articles

La jambe de train avant

Image
Comme je le disais dans mon billet précédent, impossible de trouver une jambe de train qui convienne à mon modèle. Donc let's go ! 
La première étape consiste à relever les cotes sur le plan et sur la maquette par rapport à un point fixe de l'avion pour déterminer la longueur exacte que la jambe devra faire. Dans mon cas, à partir du servo de train et jusqu'à l'axe de la roue : 17cm. 
Ce qui donne :


Rien de bien révolutionnaire, mais manipuler l'acier n'est jamais très simple. La première étape consiste donc à découper la lumière qui va servir de guide et butée au coulissement du tube de 8 mm dans le tube de 12 mm (diamètre intérieure de 8). J'utilise la perceuse colonne pour faire une série de trous successifs puis je finis les découpes à la Dremel. Enfin, je passe un petit coup de râpe. 
Le résultat :

Comme on le voit, difficile de percer exactement dans l'axe à chaque fois. Même en ayant marqué l'acier au préalable pour ne pas que le foret ripe.

Le train avant

Image
Vous l'avez compris, l'étape suivante c'est la fixation du train avant. Alors le plan à ce sujet est une nouvelle fois un peu ... vague. La preuve :

Je ne sais pas où il trouve un train rentrant de cette (petite) taille (pneumatique, simple renvoi, ...), mais il va sûrement falloir prévoir quelques adaptations (c'est un euphémisme !) .
Ci-dessous, après moult tests de positionnements et vérifications de bonne rentrée de la roue dans le fuselage, la position la plus adaptée du servo, calé comme il faut :

Sur la photo, le dessous de l'avion étant à sa place (en bas ^^), les connaisseurs auront identifié tout de suite le problème : si je devais fixer le servo en l'état, il ne serait pas retenu par la structure sur le dessus et risquerait donc l'arrachage à l'impact. je pourrais "ruser" et faire traverser des vis+écrous mais le problème serait au démontage/remontage (le cas échéant). Il faut donc une structure sur le dessus et dégager le dessous …

Problème de notification blogger ...

Bon on voit que Blogger, un produit racheté par Google, est un peu le cadet de leur soucis... la notification du précédent article sur les ailes n'a pas été envoyée pour tout le monde (d'habitude elle est envoyé aléatoirement entre 5mn et 24h après le post du billet de blog).
Donc j'ai republié l'article (désolé si vous avez reçu la notif en double) et je publie celui-ci en espérant que ce coup-ci elle parte correctement.
Donc si vous avez raté le précédent chapitre, c'est ici que ça se passe :
Les ailes chapitre 3

Les ailes, chapitre 3 et (attention spoil) mini-happy-end

Image
Hier, je suis passé chez Brico pour acheter du tube alu. "Quel rapport avec les ailes ?" me direz-vous.

Flash-back :

Le plus dur dans le montage d'un avion "from scratch" (et avec un simple plan papier), c'est de déterminer l'ordre de montage. Je m'explique avec un exemple : je voulais monter les "réacteurs" dans les ailes. Mon premier réflexe a été de me dire que j'allais le faire tranquillement demi-aile par demi-aile. Oui mais ... les ailes forment un angle de 6 degrés (environ) avec l'horizontal. Du coup, comment je fais pour monter la nacelle bien verticalement (perpendiculaire au sol)  ? Alors je me dis qu'il fallait assembler les ailes avant. Oui mais, une fois fait, comment être sûr que ma nacelle sera bien positionnée parallèlement au fuselage (et correctement placée dans tous les axes) ? Il me faut donc mettre en place la fixation d'aile pour monter les ailes sur le fuselage. D'accord, mais quand j'ai fait…

Stabilisateur (suite) et dérive

Image
Bon, une bonne construction traditionnelle, y a rien de tel !


Pour un poids connu d'avance et beaucoup plus satisfaisant :

Maintenant va falloir insérer tout ça dans la dérive, et à l'équerre de préférence !

Et là, c'est franchement pas facile : il faut l'aligner correctement sur tous les axes alors qu'il n'y a pas un seul angle droit ... dur dur.
Après 45mn de bagarre à grand coup de cales, de mesures et de visée à l'oeil, le résultat en cours de collage :

Aller, juste pour voir :

Y aura plus qu'à :  insérer les servosfaire les fentes pour les charnièrescoller les saumonsconstruire et mettre les gouverneséquiper les gouvernes (guignols, corde à piano)faire le haut de la dérive et le collerfaire les passages de câbles des servoscoffrer Bref, la dérive est presque finie quoi ... 😏




Stab, Poids et naïveté

Image
Choueeeeeette ! J'ai fini mon stab en PLA :


Alors, pour info, avec ses formes angulaires, j'ai ramé sous Fusion et j'ai dû passer au moins 6h avant de réussir à obtenir ce que je voulais à ajouter aux 10 heures d'impression : c'est pas immédiat comme technique. Ensuite j'ai collé les différentes parties ensemble (on constate que le PLA n'aime pas l'activateur de Cyano : ce sont les traces blanches sur le stab) et là, tout fier je le prends dans la main ... et manque de basculer en avant sous l'effet de son poids. Bon, ok, j'exagère un poil. Mais une fois le stab complet en main, le doute m'a étreint ... Je me jette sur la balance et j'arrive à :

... 100 grammes tout rond. En gros, ce à quoi je m'attendais. Mais quand je le disais ça ne me paraissait pas si lourd. Si on ajoute les servos, je crains que ça ne devienne rédhibitoire avec les risques de centrage arrière que ça comporte. Aller, qu'à cela ne tienne, je décide de réalise…

Servos et stab

Image
Les servos :
Côté servos, je ne vais pas suivre le plan qui les positionnait au centre de l'aile et activait les gouvernes avec des cordes à piano longues comme un jour sans pain avec tous les inconvénient que ça comporte : jeu, flambage, inaccessibilité ... L'aile étant très fine, impossible de mettre des servos épais. Et comme dirait Alain : "Une commande, un servo". Je vais respecter ce précepte.
J'ai donc opté pour deux modèles de servos slims différents :  un pour les ailerons : tout en aluminium et un peu plus haut de gamme (enfin ça reste aussi une chinoiserie)un pour les volets : plus basique
Le stabilisateur :

Maintenant j'entreprends le stabilisateur. Enfin l'empennage dans son ensemble, parce que tout va de pair. Et bien sûr, il y a une double finesse à gérer : le stabilisateur n'est pas fixé sur le fuselage mais à peu près au 1er tier de la dérive :


Donc, du coup, il ne va tenir sur l'avion que sur une toute petite surface (celle de la t…